Challenge Ironman København 14/08/2011

Pourquoi Copenhague? Drôle de destination pour les vacances aux yeux de beaucoup. Il y a un an quand on cherchait un Tri distance IronMan au club, Copenhage nous est apparu bien placé en terme de date, vacances en famille, profil de course, climat. Et puis les pays du Nord m'ont toujours attiré. Après concertation avec Florence, ça sera donc notre lieu de vacances pour 2011. Au départ on devait être 7, mais au final on sera 5 au départ. On prend une location de vacances avec la famille Rivoal. Je vous passe les détails de la préparation chaotique en mai et juin avec une blessure au mollet (5 semaines d'arrêt de course à pieds) et l'organisation du Tribreizh. Mais le mois de juillet m'a permis de bien m'entraîner. (Bon Florence ne m'a pas beaucoup vu).

prezCopen01.jpg

Les vacances arrivent. Le départ se prépare. Le mercredi, avec les Rivoal on prend la direction de Maastricht aux Pays Bas. Le Danemark c'est loin, 1800 km de chez nous! Etape à l'hôtel Tulip Inn face à l'aéroport de Maastricht où une collègue de boulot nous a réservés 4 chambres. Et quelle surprise sur le parking de l'hôtel, 4 équipes pro de vélo (Gamin, Lampre, Skill…) qui courent l'Ecotour. Le lendemain on traverse l'Allemagne, direction Puttgarden au Nord pour prendre le ferry (45' de traversée). Plus que 150 km avant la maison de location, il tombe des cordes depuis 100 bornes en Allemagne et tout le Danemark se fait aussi sous encore plus d'eau. La maison est assez grand mais pas vraiment conforme à nos attentes et au descriptif (pas d'eau chaude à l'étage, pas Internet, pas de congel, maison sale etc.).

prezCopen02.jpg 

Le vendredi est consacré à faire les course au BILKA (il faut bien manger un peu), L'après-midi on va chercher nos dossards au village du Tri en plein centre ville puis visite rapide des abords de la place et on retrouve Cédric Buche de Brest. On repart assez rapidement vers les voitures car on est en retard sur notre horaire de stationnement. Arrivés près de nos voiture vers 17h20, 2 politis sont devant nos voitures, et merde ça sent le PV (très cher là bas vers 70€) Mais non ils sont là car on nous a nous a fracturé une vitre: remerdre. Direction le commissariat pour porter plainte (merci Mr GPS) puis Volkswagen (fermé à 18h et qui ne rouvrira que lundi). Ca n'était pas prévu au programme, on reprend le court normal, direction le Bella Sky Hotel pour la Pasta Party. C'est un lieu trop class et sans âme pour ce type d'évènement. Nous y retrouvons le gros "family" pour un repas en commun. Le samedi est préparation des sacs, appart Cédric (repérage pour le métro) et dépose des vélos. Là je suis un peu inquiet quand je vois à quelle vitesse vont le gars en Kite-surf. E plan d'eau est sympa avec 3 ponts pour les spectateurs. Je repère un peu les lieux, je vois mon emplacement dans une partie d'herbe mais comme il a beaucoup plu dans la semaine, c'est plutôt de la boue que de l'herbe. Le gros et Gillou ont le droit à un emplacement sur le bitume (privilégiés !). L'organisation me parait quand même bien rodée en seulement 2 éditions (bénévoles, mécano dans le parc , grands containers pour les sacs …) Mon Trek est prêt dans le parc Photo ci-dessous: Moi, Yann (le douanier), Pascal, Cédric et Hervé (le Gros).

prezCopen03.jpg 

Dimanche : "The Race". Debout 4h du mat (cool c'est las vacances!) 4h30 pour les gosses (au chant du coq, là c'est plus dur) 5h30 on se retrouve tous -sauf le gros- devant chez Cédric pour prendre le métro. Arrivés sur site vers 6h15, il ne me reste plus qu'à attendre mon départ à 7h35. Je n'ai aucune appréhension; je suis confiant. Je me dis que les 11h / 11h15 sont possibles.

prezCopen04.jpg 

Natation : ça y est je suis dans le sas. Go c'est parti, pas trop de monde dans ma vague (˜ 300), donc pas trop de baston (c'est pas un sprint non plus). Au bout d'1 km, je me retrouve avec un gars qui a la même allure que moi, je décide de prendre ses pieds. Ila des manchons blancs qui dépassent de sa combi donc facile à repérer. Les 3,8km passent donc vite car je suis obligé de chasser derrière "chaussette blanche" pour garder l'allure. 1h08 c'est nickel sauf qu'à 150m de la fin, un truc me brûle la joue droite. Et merde je me suis fait piqué par une méduse (ils avaient prévenu qu'il y en avait).

T1, je me change complètement pour revêtir ma tenue de cycliste. Je cours à mon vélo qui est assez loin et pratique le "cross country" en chaussure vélo. Je pensais ne pas avoir trop traîné mais quand même 8'58 (une vraie gonzesse) .

prezCopen05.jpg

Vélo : Au bout d'1km je vois nos supporters se démener sur le bord de la route; ça motive. Je passe 35km dans la première heure; c'est cool malgré 4 à 5 km en ville (pont, virage, etc…). La deuxième partie du parcours est plus vallonnée. Ça passe sur la plaque (50x19 au max). Il y a une belle bosse avec pas mal de monde dedans, c'est sympa. Le second tour est plus délicat car sur la partie plane il faut garder le rythme. Je continue à m'alimenter. Vers le 140ème km le vent forcit et est de face, les jambes sont plus lourdes et j'ai mal dans les genoux et le quadri droit ( je dois m'arroser souvent pour atténuer la douleur). Et en plus le douanier me double (m'en fous je vais le taper à pieds). Dans la dernière bosse, je dois mettre le petit plateau. Les grandes lignes droites avec le vent de face me fait mal à la gueule. J'arrive en ville en espérant voir rapidement le parc. Je me croyais au bout avec 178 km mais j'en ai 182 quand je touche au but. Les 5 derniers km m'ont paru interminables. Bilan 5h48, comme à Roth avec un parcours un peu plus long et beaucoup plus dur. 7h14 depuis de départ, c'est bon je suis dans mes temps.

T2, rechangement complet + ravito dans la tente (ce qui allonge T1 mais sinon je le faisais dehors. J'en suis à 7h40.

prezCopen06.jpg 

Course à pied. Je pars à pieds confiant et avale le premier tour facilement. 56' au 10,5km petite allure tout en endurance, le parcours est vraiment superbe. Public énorme, nombreux et encourageant. Il y a des DJ's à 2 endroit du parcours, passage devant la bibliothèque nationale, palais royal, Théâtre national, Petite Sirène, quartier de Nihavn. Enfin, que du beau qui vous donne des ailes. Lors de mon 1er tour je croise Gillou à un ravito et le douanier qui doit être au 7,5km et moi au 5,5. mon quadri est toujours douloureux mais supportable. Coca et pommes à chaque ravito, il n'y a que cela qui passe. J'attaque le 2ème tour et recroise Gillou au même endroit et le douanier vers le 6ème km. Je me dis que Gillou est mal et que j'ai repris 600 à 800m au douanier. Ça et le public me gonflent le moral. Vers les 18ème km mes genoux et mon quadri me font très mal, la partie pavée n'arrange pas les choses). Je passe devant Florence et lui dit que les 2 derniers tours vont être durs. Arrivé au 22ème j'ai l'impression de recevoir un coup de poing dans la cuisse à chaque foulée. Je marche, je ne sais plus quoi faire. Les larmes me montent aux yeux. Je repars en courant mais ça ne dure pas longtemps. Je remarche, j'ai froid. Des frissons me parcourent tous le corps. En un mot, je prends une cartouche. Je repars en courant et vomit dans un buisson. L'idée d'abandonner ne me vient pas à l'esprit, je me résous à continuer en marchant et il me reste encore 18km à faire. Je passe au 31km devant Florence et les enfants. Je n'ai même pas cette "honte" de marcher devant ma famille. Les enfants n'ont pas l'air de comprendre ce qui m'arrive, Florence croit que je veux bâcher mais je la rassure en lui disant que j'irai au bout mais que ça sera long. Elle me dit qu'ils attendront le temps qu'il faudra. Je repars vers mon dernier tour. Vers le 37ème je suis avec une danoise qui est dans le même état que moi. Vu que j'ai maintenant aussi mal en marchant qu'en courant, je motive ma nouvelle copine et on repart ensemble en courant. J'ai finit Roth avec un italien, je peux bien finir ici avec une danoise.

prezCopen07.jpg 

Grâce à cela nous arriverons à l'arrivée en courant. Ça y est je vois la ligne que je passe les bras ballant. On se congratule avec ma danoise et reçoit ma médaille et mon T-shirt finisher 2011. Putain, j'ai été le chercher celui-là! 4h52 au marathon, un final en 12h05 loin de mes espérances. 20 minutes de plus qu'à Roth. Ce qui peut paraître dérisoire dans la vie (le temps de lire ce récit par exemple) mais qui sur le coup me mine complètement. Je sais que je n'ai pas le niveau pour faire un 10h mais améliorer mon temps de 30min m'aurait comblé. Maintenant avec le recul, je suis quand même heureux d'avoir fini (et un petit peu fier dans un coin de ma tête) même si je ne le montre pas facilement. Je ne me ravitaille pas; pars au massage et me change rapidement. Je retrouve tout le monde dehors et récupère mon matos. On reprend le métro et arrivons à la maison vers 22h30. Je suis mort je ne peux même plus enlever mes chaussettes ni mon cuissard.

Le lundi réveil à 6h (Gillou vous a déjà dit qu'il n'y a pas de volet ici !). Les cuisses sont dures, je ne peux plus les plier. A 8h30 on part chez Volkswagen prendre rdv pour les réparations. Puis on retrouve les autres à Nihavn pour déjeuner. Pascal se fait bien chambrer par une serveuse (sui fait du kick boxing d'ailleurs) qui lui apporte un verre de lait. Nous visitons Copenhague en bateau mouche et finissons à Christiana autour d'une bière. A part la bière locale, on ne touche à rien d'autre de ce qui se vend ici librement. Le douanier n'en revient pas !


prezCopen08.jpg 

Le reste de la semaine nous permettra de visiter la ville qui est vraiment superbe. Boutiques, parc Tivoli, Hard rock Café, Brasserie Carlsberg (fallait voir les yeux de Pascal devant la collection de plus de 20 000 bouteilles différentes), Gay Pride. Super les références pour les enfants!

Vendredi on reprend la route pour 2 jours de voitures vers la Bretagne

prezCopen09.jpg 

Bilan : très content d'avoir fini cette course qui m'a permis de puiser au plus profond de moi-même. Très heureux d'avoir passer une semaine dans cette ville où le vélo est roi. Le seul hic c'est que c'est loin. Un grand merci à Florence et aux enfants de me supporter dans ces moments faciles et difficiles. Merci aux supporters et supportrices sur le bord de la route qui ont donné de la voix. Merci aux dauphins et dauphines du clubs (et anciens du club) de nous avoir suivi tout au long de la journée sur le forum et à Arnaud pour son plan d'entraînement qui nous a tous permis d'aller au bout. Encore un grand "TAK" pour tout et félicitations à Pascal, Hervé, Gillou, Yann et Cédric d'être finisher comme moi.

Les supporters dans Stroghet Florence & Sandra au Hard Rock Café.