Voilà mon compte-rendu pour le Triathlon du Sud du 19 juin 2011. 
Départ pour Montpellier le mardi 14 juin, une petite halte dans le sud-ouest, où mes parents ont une maison. Arrivé sur Montpellier le mercredi midi, une petite sieste pour récupérer du trajet, 2 heures de vélo souple pour faire tourner les jambes et m’acclimater à la température 27-28°. Je me trompe de route et me retrouve sur une voie express !!!! J’ai dû faire 3 km sur la bande d’arrêt d’urgence (en même temps c’est réservé aux pompiers !!!) pour trouver une sortie (j’ai montré le maillot…). 
Le jeudi vers 9H00, je pars faire un footing d’environ 1H00 avec quelques 1000 m. Au 3ème, je suis obligé de m’arrêter, je ne me sens pas bien !!!! Limite à faire un malaise !!!!!! Est-ce la chaleur ou le fait que je sois à jeun ??? Je termine tranquillement ma séance, et je prends un bon petit déj . L’après-midi, reconnaissance du parcours vélo. 
Le vendredi, repos. Retrait du dossard. 
Le samedi dans la matinée, je fais 1h00 de vélo enchainée avec un footing de 20 min. L’après-midi, dépose du vélo. 
Dimanche, jour J. Levé à 4H00. Thé et gatosport au petit déjeuner. Arrivé sur le site de départ à 5H15. Le départ est à 6H30. Une dernière vérification de mon matériel. J’enfile ma combinaison. Briefing de l’organisation et des arbitres. La température de l’air est de 16°, l’eau est à 21.5° !!!!! 
La natation se déroule dans une rivière, il semble ne pas y avoir beaucoup de courant. Le départ est donné, 120 participants c’est peu, pas du tout de bagarre, je trouve rapidement mon rythme de croisière. Nous avons 2 boucles à faire. Pour l’arrivée, on doit franchir un déversoir, nager 100 m et sortir sur une plage aménagée. Je sors de l’eau en 1H05min. Je file vers la tente de transition où sont nos affaires. 
Là, de charmantes jeunes filles nous aident à nous déshabiller… et se chargent de ramasser toutes nos tenues de natation. 
Le circuit vélo est composé de 2 boucles de 90 Km avec un total de 1452 m de dénivelé. Rien de bien inquiétant !!! Il y a 2 belles bosses à passer. On monte sur environ 55 Km et les 35 derniers sont bien roulant, cela pour un tour !!! 
La 1ère boucle vélo se passe très bien, il ne fait pas encore chaud et le vent ne s’est pas levé. Je profite au maximum des paysages. Je bois régulièrement et mange mes casse-croutes au jambon. Au début du 2ème tour, les coureurs se font remettre par leur assistant les musettes. Le vent s’est levé et sur plusieurs portions nous l’avons de face, il se fait encore plus ressentir sur les longs faux plats montants. La température se fait aussi plus chaude. Je ne passe quasiment pas la plaque dans la première partie, j’ai un passage à vide !!!! Changement de tactique, je bois une soupe, m’alimente un peu plus. Je sens que mes forces reviennent mais avant la dernière bosse, le drame !!!! Sous mon bras droit au niveau des côtes, d’un seul coup une douleur atroce !!!! On m’attaque !!!! Sûrement un IVNI (insecte volant non identifié), une morsure mortelle au 3ème degré : ça brûle , ça gratte !!! L’assaillant est toujours à bord, je l’entends qui bourdonne dans mon maillot, pourvu qu’il ne continue pas son offensive….J’arrive tant bien que mal à l’extraire, tout cela sans m’arrêter. La douleur (qui n’est qu’une information !) se dissipe peu à peu. L’arrivée se fait de plus en plus proche et je me sens d’attaque pour le marathon. 3 Km avant l’arrivée en ville, je vois un motard, tous feux et gyrophares allumés, qui se positionne près de moi !!!! Il me regarde, me sourie !!!! Un village people ?????? Et là, en avant la musique !!! Il se place 50 mètres devant moi, et m’ouvre la route !!!!! Grosse montée d’adrénaline, tout le monde se retourne sur notre passage. Un moment inoubliable !!!! 
Ma transition se passe bien, j’en profite pour demander à un des volontaires l’état de ma piqûre, il est très rassurant : « Putain !!! Tu t’es fait piquer au moins 3 fois par une guêpe !!!! ». Connaissant les Sudistes et leurs extrapolations, je ne m’inquiète pas. 
Le marathon, c’est 4 allers-retours de 10.5 km. Une petite bosse pour commencer, un long faux plat avec de grandes lignes droites, on fait demi-tour, et on revient. Il s’agit d’une ancienne voie ferrée qui a été réaménagée en voie verte. Le parcours est extrêmement bien abrité du vent mais pas du soleil. Il va y avoir de la casse !!!!! Ma tactique est simple : boire à tous les ravitos qui sont à chaque 2.5 km. Ma vitesse est constante, je m’applique à bien boire, manger un gâteau salé et bien tremper ma casquette. Je n’ai pas de mal à repartir à chaque ravitaillement. Au km 30, que j’appréhendais un peu, je suis vraiment bien. Je croise de plus en plus de gars qui marchent ou qui s’étirent. Le 1er qui a fait toute la course en tête semble « bâcher », il est stoppé sur le parcours, un commissaire tente de lui remonter le moral. Je reprends pas mal de coureurs. Pour moi, la fin est proche, je me permets d’accélérer sur les derniers 5 km. 
Voilà, l’arrivée : 10 H 44 min 50 sec de course. 
On me tend ma médaille, mon tee-shirt de finisher et mon « diplôme » : 
- Natation : 1 H 06 min 38 sec soit la 25ème place à 3.4 km/h. 
- Vélo : 5 H 50 min 24 sec soit la 19ème place à 30.8 km/h. 
- Course à pied : 3 H 47 min 26 sec soit la 8ème place à 11.1 km/h. 
Voilà mon Ironman 2011 !!!! 
En 2012, l’organisation a annoncé qu’ils organiseront le même week-end : un sprint, un CD, un half et un Ironman….. 
Une pensée pour Pat qui est à Nice, » que la force soit avec toi ».